Méditation

La communauté de paroisses Saint Arbogast des berges de l'Ill

MONTAGNE-VERTE / ELSAU



      

Seigneur, à qui irions-nous…

Jésus disait qu’Il était le Pain de vie descendu du ciel, qui mange sa Chair et boit son Sang aura la vie éternelle (Jn. 6, 67-69). Après cela, beaucoup de ses disciples L’ont abandonné, trouvant que la parole est dure. Il dit alors aux Douze : vous aussi, vous voulez partir ? Saint Pierre Lui répond : «Seigneur, à qui irions-nous? Tu as les paroles de la Vie éternelle». Pierre, nommé Simon, l’un des disciples de Jésus, est un homme de terre à terre comme nous tous. Il connait son métier de pêcheur, habitué aux filets, à la mer et aux poissons. Il aime Jésus en lui misant toute sa confiance, et se vouant à Lui pour son Eglise. Il sait aussi que Jésus l’aime. Pierre devient le symbole pour toutes personnes qui suivent le Seigneur. Ses qualités de vie, son tempérament, son amour pour le Maître, ses faiblesses humaines, sa ferveur et ses convictions… tout cela nous laisse un grand exemple pour notre vie baptisée. Jésus lui a changé le nom ‘Simon’ en ‘Pierre’, comme un roc sur lequel Il a fondé son Eglise.

I. Brève histoire de Pierre 
   * Amour et confiance 
André présenta son frère Simon à Jésus. Tous les deux ont quitté leur père, barques, filets et famille pour suivre Jésus après son appel. L’histoire de Pierre à l’égard de Jésus, grave à jamais dans le cœur de l’Eglise. Ci-joints quelques évènements marquants :
- Marcher sur les eaux (Mt 14, 22-33) : Pierre, un jour au large, dans sa barque, ayant aperçu Jésus marcher de loin sur les eaux, dit: « Seigneur, si c’est bien Toi, ordonne-moi de venir vers Toi ». Jésus lui dit : « Viens ! ». Porté par sa foi, Il devient audacieux en descendant de la barque et marchant sur les eaux vers Jésus. Mais, voyant le vent fort, il eut peur. Puis, commençant à s’enfoncer, il cria : « Seigneur, sauve-moi ! ». Aussitôt, Jésus étendit la main, le saisit et lui dit : «Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? Son amour est sans réserve pour le Maître. Il Lui parle spontanément et agit avec ardeur, parfois avec impulsion.
- A la transfiguration de Jésus (Mat 17,1-9) Sur le Mont Thabor, Jésus est transfiguré. Pierre et les autres, sous l’influence, étaient transfigurés avec Lui. Leurs yeux sont ouverts,  leur vision élargie, ce qui leur permet de voir sa gloire éblouissante et qui leur donne une expérience tellement merveilleuse que Pierre a  voulu y construire trois tentes pour Jésus, Moïse et Élie. Il ne sait que dire car ils étaient saisis de craintes.
- Confession de foi et charge pontificale confiée par Jésus: Dans la région de Césarée de Philippe, Jésus voulait savoir de ce qu’on pense de Lui : Il leur demanda : « Pour vous, qui je suis? » Pierre, devançant les autres, s’exclama : «Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant!». Devant ce ‘credo’, Jésus loua Pierre en lui disant : cela t’a été révélé par le Père et l’Esprit Saint. Puis Il l’établie : "Tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon Eglise, et les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre elle (Mt. 16,18-19).
      La réaction de Pierre est souvent rapide et impulsive, poussé par ses sentiments humains. Il s’exclame, quand Jésus annonce sa Passion: « Seigneur! Non, cela ne T’arrivera pas » ; Jésus lui dit vivement devant tous : "Arrière, Satan !". En effet, la pensée de l’homme n’est pas celle de Dieu.
Jésus prévoit son départ vers le Père (Jn 13,21-38), mais Il voit aussi d’avance que Pierre va Le nier : « Maintenant le Fils de l'homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui… Mes enfants, je m’en vais… Simon-Pierre lui dit : «Seigneur, où vas-tu ? » Jésus lui répondit: «Là où je m'en vais, tu ne peux pas me suivre pour l'instant ; tu me suivras plus tard». Pierre lui dit : « Seigneur, pourquoi ne puis-je pas Te suivre maintenant? Je donnerai ma vie pour toi ». Par son zèle, son amour, et surtout vouloir protéger Jésus, il s’écria : « Même si tous trébuchent, eh bien! pas moi! ». Jésus répondit avec tristesse : « En vérité, Je te le dis, cette nuit même, le coq n’aura pas chanté deux fois que tu M’auras renié trois fois».
   * Reniement : Le reniement de Pierre est relatée par 4 évangélistes (Jn 13:38, Lc 22:61, Matt 26:75, Mc 14:72).  C'était la nuit, dans la cour du Grand Prêtre. Jésus a été jugé, sa mort a été décidée. Pierre était l'unique disciple à suivre Jésus quand Il est arrêté. Il tient sa promesse. Il est là, dans la cour, assis avec d'autres près du feu. Une servante arrive, le voit, le regarde et l’identifie. Pierre nie et s'éloigne…Acculé, il se défend en jurant : ‘je ne le connais pas’. A ce moment, le coq chante pour la deuxième fois. En se tournant, il voit le Maître se fixer sur lui. Deux regards se rencontrent. Le regard pénétrant et compatissant de Jésus a percé son cœur, sa conscience et a réveillé en lui les  paroles  concernant le chant du coq et d’autres: « Même si je dois mourir avec Toi, je ne Te renierai pas" (Mc14,31). Pierre se fond en larmes et il pleure amèrement.  Sans doute, pense-t-il que, en plus les outrages : gifles, couronne d’épines, injures, crachats à la figure… qui Le font souffrir à mort, il y ajoute encore sa part de reniement, de trahison, un grave péché à l’égard de  Jésus qu’il aime et honore. La parole de Jésus est claire et nette dans (Mt.10,33- Mc 8,38- Lc 12,9) où le sens est similaire : « quiconque me reniera devant les hommes, je le renierai aussi devant mon Père qui est dans les cieux ». Pierre en souffre de repentance.

   * Son relèvement par Jésus : Pourtant, Jésus connait bien son ami, sa faiblesse humaine, son tempérament souvent impulsif. Il le connait et Il sait que Pierre l’aime aussi avec un amour sincère et dévoué, qui Lui veut toujours du bien. Par l’amour pour Pierre, Jésus le relève, le guérit et le confirme. Il a prié pour lui, et l’a établi pour fondation de son Église et chef de son troupeau : « J'ai prié pour toi, afin que ta foi ne disparaisse pas. Et quand tu seras revenu, affermis tes frères" (Luc 22,31-32). Ce ne sont pas les qualités de Pierre qu’il a été choisi pour chef de fil, mais la reconnaissance de son amour donné qui devient source de pardon et de nouveau départ. Après s'être repenti, Pierre devint un apôtre ardent et ferveur avec grande conviction : aimer Jésus et mourir pour Lui, un témoin fidèle du Ressuscité.

II.  L’Eglise du Ressuscité - l’Eglise de notre temps à la suite de Pierre
 
 De la Croix naît l'Eglise des nations. Il n’y aura jamais d’évangélisation possible sans l’action de l’Esprit Saint. Déjà avant la Passion Jésus a promis l’Esprit aux disciples « Je prierai le Père qu’il vous donnera le Paraclet. Il est le Consolateur, l’Esprit de vérité qui vous guidera (Jn14-16).  Après sa résurrection, Jésus a apparu à des reprises aux Apôtres. Il a soufflé de l’Esprit Saint sur eux. Au bord du lac de Tibériade, après la pêche miraculeuse où Il partage le repas préparé par lui-même, avec les apôtres qui Le reconnaissent. Il demande à Pierre : « m’aimes-tu ? (Jn 21,15-19). Pierre répondit : « oui Seigneur, je T’aime. "Tu sais tout, tu sais bien que je t'aime ». Après trois fois la même question posée, « Pierre fut peiné ». Mais il reçoit la consolation car Jésus reconnait son amour. Depuis, sous le souffle divin, Pierre conduit ses frères et mène l’Eglise établie avec les Apôtres, la première communauté ecclésiale née du Christ ressuscité.
      L’image de sa barque dans laquelle Jésus se joint et grâce à Jésus, le vent et la tempête sont maîtrisés, la vie redevient calme, c’est notre Eglise d’aujourd’hui. Une barque qui vogue sur la mer du monde où les vents de la vie sont souvent contraires et les vagues menaçantes prêtes à l’engloutir. C’est vrai, Église va toujours à contre-courant, de crise en crise. Depuis la persécution romaine, elle connaît des invasions barbares, Schisme, Réforme, persécutions religieuses et de tout genre…Mais, si Pierre et les Apôtres ne sont pas assistés par le Seigneur, ils n’existeraient plus; Si l’Eglise n’a pas confiance en la Présence de son Seigneur, ni dans la force de l’Esprit Saint, elle serait déjà périe. Saint Pierre, notre premier pape et notre frère aîné dans la foi devient le porte-parole de la communauté tout entière. Il a affirmé  à ses contemporains et à nous aujourd’hui : "Il n’y a pas d’autre nom que celui de Jésus  qui nous a sauvés" (Act 4,12). Emprisonné à cause de Jésus, il est heureux de souffrir pour Lui. Sa mort martyrisée a entraîné à travers les générations, tant des martyrs au nom de Jésus. L'Eglise de Jésus par l’Esprit Saint, résistera toujours, quelle que soit la violence, ou l'habileté que déploie le Mal, visible et invisible. Elle ne fléchira pas car son Seigneur est à côté. Hier, aujourd’hui, comme toujours, sa parole fait nôtre. Elle s’actualise et se propage aux jeunes Eglises des générations : « Seigneur, à qui irons-nous, tu as les paroles de la vie éternelle ; nous avons cru et reconnu que tu es le Saint de Dieu » (Jn 6, 68).

PRIÈRE : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu es le Saint de Dieu. » (Jn 6, 67-69). Tu es le chemin unique qui nous mène vers le Père. Nous Te prions : que tous les hommes arrivent à accueillir ta Parole d’amour et de paix. Protège ceux que tu as choisis pour l’édification de ton Eglise. Tourne vers nous tous ton regard comme tu l'as tourné vers Pierre cette nuit-là, après le chant du coq. Viens au secours des Eglises en danger par la trahison ou l’éloignement de ses membres, et  par manque de guides. Que les baptisés soient fidèles à la mission que Tu leur as confiée, à la Parole et aux commandements que tu leur as donnés. Soutiens et fortifie dans l’Esprit Saint des baptisés persécutés par la foi. Christ Ressuscité, nous Te louons. Amen !