Méditation

La communauté de paroisses Saint Arbogast des berges de l'Ill

MONTAGNE-VERTE / ELSAU



                                  Le Cep et les sarments (Jean15 : la Vigne)

Jésus disait à ses disciples : « Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ; tout sarment qui porte du fruit, il le purifie en le taillant, pour qu’il en porte davantage. Demeurez en moi, comme moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter de fruit, s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi ».  A l’approche des saisons de la vendange, l’image du Cep et des sarments nous donne une belle méditation sur notre vie chrétienne liée à celle de Jésus, notre Maître.  Comme tout autre arbre, la vigne nécessite des soins constants en luttant contre les parasites, et exigeant l’effort humain pour avoir de bons fruits. Le viticulteur arrache les vieilles vignes, replante de nouvelles, taille, traite, coupe les sarments secs ne portant plus de fruit. Selon l’Evangile de St Jean, Jésus est la vigne et son Père le vigneron, ou il est à la fois le viticulteur et le vigneron. Puisque la vigne est plantée par Dieu, elle représente le don, la grâce et l’amour divins.

La vigne dans l’Ancien Testament
L’image de la vigne y est mentionnée à plusieurs reprises. Elle se déploie en différents thèmes dans l’histoire du salut, comme - signe de bénédiction, de joie, de paix et de prospérité, - signe d’Israël, la vigne de Dieu, - signe de Jésus-Christ, la vigne.
      1. Signe de Bénédiction – C’est le premier thème attribué à la figure de la vigne, faisant partie des promesses de Dieu. Elle symbolise la richesse (Dt 8,8), le bonheur (1 R 5,5) et l’amour (Ct 1,6 )!  Dieu offre au peuple en exode, une terre riche, "pays de froment et d'orge, de vignes, d'oliviers, où il ne manquera de rien"( Dt 8, 7-9). Cette richesse, « La terre donne ses produits; Dieu, notre Dieu, nous bénit » (Ps 67,6), est racontée depuis laGenèse, "Noé, le cultivateur de la vigne" (Gen 9, 20), et durant l’histoire du peuple, dans les livres des 1 Rois 4-25, Zacharie 3-10 et des Psaumes. Lorsque le peuple s’apprête à entrer en terre promise, Moïse envoie des hommes en Canaan pour reconnaître le territoire. Le fruit qu’ils rapportent, c’est un sarment et une grappe de raisin. Ainsi, ce fruit, issu de la terre promise, témoigne du don que Dieu a préparé pour son peuple : une terre où coulent le lait et le miel.
      2. Israël, vigne de Dieu - Israël a la forte conviction d’être la vigne du Seigneur. Voici le chant du prophète Isaïe «Je chanterai pour sa vigne : « Mon bien-aimé avait une vigne, sur un coteau fertile. Il la bêcha... La vigne du Seigneur Sabaot, c'est la maison d'Israël…" (Is 5, 1-7).  Mais bientôt, la déception : « Pourquoi espérais-je avoir de beaux raisins, et a-t-elle donné des raisins sauvages. Le bref extrait d’un commentaire sur les passages d’Osée (2, 4-25) et sur le livre des Juges (2,11-19) montre l’infidélité. Le peuple d’Israël a reçu des bénédictions abondantes de la part de Dieu, et pourtant, il ne croyait pas. Plutôt, il s’est laissé influencer par les peuples voisins avec leurs idoles. Par manque de confiance en Dieu, Israël va vers  Baal, le sert et l’adore. Aux yeux de Dieu, combien est grand le péché auquel se livre Israël. Plus ses fruits se multipliaient, plus il multipliait les temples païens ; plus sa terre était belle, plus ils embellissaient des statues. Leur cœur est devenu faux. Il provoque la colère de Dieu (Osée 10,1-2) dont l’amour est bafoué par la trahison, la méfiance, le doute et l’infidélité du peuple… Mais,après l’exil à Babylone, l’espoir renaîtra. Il revient à Dieu l’implorant de les sauver. Dieu de l’univers, fais-nous revenir (Ps 80,15-16). 
     3, La vigne, c’est le Christ lui-même  
 Jésus a déclaré : «Je suis la vigne, mon Père est le vigneron ; « Je suis le Cep, vous êtes les sarments ». Il y a de multiples sarments, mais il n’y a qu’un seul cep. Tout sarment qui, en moi, ne porte pas de fruit, il l’enlève, et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il en porte davantage encore ». (Jn. 15.1-11).

La Vigne dans l’Evangile - L’Esprit, Sève de vie
En Jésus, nous sommes sarments liés au Cep et nourris de sa Sève.
- L’Esprit Saint, la Sève, est l’acteur principal. Il est discret, invisible. Il est la sève vivante qui n’est que relation et liaison de tout le corps pour le nourrir. L’Esprit est communion de vie entre le Cep et les sarments et entre les sarments, telle est la Sève de notre vie chrétienne. L’Esprit est le Dynamisme qui agit silencieusement  en transformant notre cœur selon le cœur de Dieu. Il est  le Maître intérieur avec sa force et son énergie vivantes et agissantes, comme courant vital et vivifiant. Saint Bernard écrit : Il n’a pas une forme visible, identifiable, en face de moi, mais il agit en moi en «me donnant forme ». Il « forme » ou « transforme» ma vie.
  -  Demeurer en Jésus-Christ, rester attaché à lui et lui adhérer. Vivre de la foi qui nous est donnée, c’est demeurer en Jésus-Christ, se nourrir de sa Parole, être en harmonie avec Dieu. Jésus dit aux disciples «Déjà vous êtes émondés par la parole que je vous ai dite. Demeurez en moi comme je demeure en vous ! ». « Que vous portiez du fruit en abondance et que vous soyez mes disciples. Par la parabole, Jésus exprime l’amour, la tendresse du Père pour son peuple et pour l’humanité entière créées à son image et qu’Il a soignés, telle est la tendresse du vigneron pour sa vigne. « Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il se dessèche lui-même. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu» (Jn 15, 1-8). Ce message est fondamental : Dieu nous aime en semant son amour dans nos vies pour que nous portions du fruit. L’amour, voilà le fruit. Nous sommes appelés à fructifier l’AMOUR. Notre vocation et mission dans la vigne d’Eglise, est à rendre gloire à Dieu et à nous aimer les uns les autres, en particulier les  souffrants de la société. Cet amour peut être un geste, une présence, un sourire… Saint Paul liste les fruits de l’Esprit (Gal 5,22): « Amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur, maîtrise de soi, consolation, intelligence, don et pardon». Nous avons reçu de Jésus la Sève de vie, c’est à la fois pour donner et recevoir de nouveau, car on ne peut donner quand on a rien. L’essentiel c’est que nous sommes aimés par Dieu de la Trinité et nous vivons de Lui. La Parole écoutée, le Pain et le Vin eucharistiques mangés et incorporés, nous font lier à Jésus et Lui à nous. Si nous nous éloignons de Lui, nous en sommes éliminés nous-mêmes par manque de la Sève de l’Esprit Saint.
    Des vignerons homicides (Mt 21,33) Cette parabole est rapportée par les trois synoptiques  (Mt 21, 33-44 ;Mc 12, 1-11 et Lc 20, 9-18).  Le peuple d’Israël, après tant de grâces et de faveurs données à leur vie, ne rend non-seulement point de fruit, mais il traite même avec outrage, ceux qui leur sont envoyés. Jésus annonce sa mort prochaine : Le fils du Père, envoyé à sa vigne, est lapidé, crucifié et mis à mort. Il y a  un affrontement entre le Bien et le Mal. Jésus nous en prévient. De tout le temps, l’histoire de l’humanité est souvent marquée par des refus, des compromissions, des méchancetés des uns envers d’autres. A notre temps, on entend partout dans le monde, des scènes de violences, de viols et tueries ;  des gens qui se replient sur soi par manque de confiance. On refuse l’amour et le pardon, on oublie la compassion et l'espérance du lendemain. Étant chrétiens, nous portons  l’Espérance aux autres. Comme les sarments (Jn 15), la vie du Ressuscité circule en nous. Avançons-nous à Jésus en toute confiance, malgré les épreuves de la vie, tout en demandant à Dieu de nous garder vigilants et fermes dans notre foi. A l’approche de la fête de la Croix glorieuse, contemplons le visage de notre Seigneur Jésus, défiguré sur la Croix pour nous, et invoquons l’Esprit Saint qui vient nous fortifier.

Prière : Hymne de l’Esprit : « Viens, Sève de vie, vivifie en moi ce qui est mort. Irrigue en moi ce qui est desséché ! Assouplis en moi ce qui est raide ! Restaure en moi ce qui est blessé, redresse en moi ce qui est recourbé, faussé, dévié…Viens, Sève de vie, donne forme à ma vie, transforme-la par ton amour».  Attachés à Toi, nous sommes unis dans la vigne de ton Eglise. Avec toi Jésus, nous grandissons comme Sarments, avec plein de fruits.  Viens, Esprit Saint en nos cœurs.  Amen !